Know more

Our use of cookies

Cookies are a set of data stored on a user’s device when the user browses a web site. The data is in a file containing an ID number, the name of the server which deposited it and, in some cases, an expiry date. We use cookies to record information about your visit, language of preference, and other parameters on the site in order to optimise your next visit and make the site even more useful to you.

To improve your experience, we use cookies to store certain browsing information and provide secure navigation, and to collect statistics with a view to improve the site’s features. For a complete list of the cookies we use, download “Ghostery”, a free plug-in for browsers which can detect, and, in some cases, block cookies.

Ghostery is available here for free: https://www.ghostery.com/fr/products/

You can also visit the CNIL web site for instructions on how to configure your browser to manage cookie storage on your device.

In the case of third-party advertising cookies, you can also visit the following site: http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, offered by digital advertising professionals within the European Digital Advertising Alliance (EDAA). From the site, you can deny or accept the cookies used by advertising professionals who are members.

It is also possible to block certain third-party cookies directly via publishers:

Cookie type

Means of blocking

Analytical and performance cookies

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Targeted advertising cookies

DoubleClick
Mediarithmics

The following types of cookies may be used on our websites:

Mandatory cookies

Functional cookies

Social media and advertising cookies

These cookies are needed to ensure the proper functioning of the site and cannot be disabled. They help ensure a secure connection and the basic availability of our website.

These cookies allow us to analyse site use in order to measure and optimise performance. They allow us to store your sign-in information and display the different components of our website in a more coherent way.

These cookies are used by advertising agencies such as Google and by social media sites such as LinkedIn and Facebook. Among other things, they allow pages to be shared on social media, the posting of comments, and the publication (on our site or elsewhere) of ads that reflect your centres of interest.

Our EZPublish content management system (CMS) uses CAS and PHP session cookies and the New Relic cookie for monitoring purposes (IP, response times).

These cookies are deleted at the end of the browsing session (when you log off or close your browser window)

Our EZPublish content management system (CMS) uses the XiTi cookie to measure traffic. Our service provider is AT Internet. This company stores data (IPs, date and time of access, length of the visit and pages viewed) for six months.

Our EZPublish content management system (CMS) does not use this type of cookie.

For more information about the cookies we use, contact INRA’s Data Protection Officer by email at cil-dpo@inra.fr or by post at:

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan CEDEX - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal L'Institut Agro Rennes-Angers

Home page

Compani

La compétitivité des filières animales françaises 2017-2019

Coordinateur du projet : Stéphane Turolla (SMART-LERECO)

Depuis le début des années 2000, les produits d’origine animale français ont vu leur part de marché à l’international quasiment divisée par deux, passant de 9 % des exportations mondiales en 2000 à 5 % en 2016. Même au sein du marché de l’Union européenne, la France ne maintient pas ses positions. Dans le même temps, certains États membres de l’UE ont connu des trajectoires opposées. Le projet de recherche « COMPANI », piloté par l'UMR SMART-LERECO (INRA), vise à identifier et analyser les facteurs à même d’expliquer ces évolutions.

Bien que la demande mondiale de produits alimentaires ne cesse de croitre, la France réussit péniblement à maintenir l’attractivité de ses produits à l’international. Depuis 2012, le taux de croissance annuel moyen des exportations de produits agricoles et agroalimentaires dépasse difficilement les 1%, et la France longtemps sur le podium des pays exportateurs de produits agroalimentaires (2ème en 2000) se voit reléguée en 2016 à la 6ème place. Comptant parmi les plus impactées, les filières animales ont vu leur part de marché fondre à tel point qu’elle a presque été divisée par deux entre 2000 et 2016 (de 9% à 5% sur le total des exportations mondiales). Même au sein du marché de l’Union Européenne (intra-UE), la France ne parvient pas à maintenir ses positions. Sa part de marché en production animales est ainsi passée de 14,9%, en moyenne sur la période 2000-09, à 9,6% en 2017. Ce constat est d’autant plus inquiétant que les productions animales jouent un rôle essentiel dans l’occupation du territoire, représentent près de 40% de la production agricole finale et plus de la moitié du chiffre d’affaires des industries agroalimentaires.

Cette baisse d’attractivité questionne le degré de compétitivité de nos filières, et ce d’autant plus qu’au même moment certains pays partenaires de l’UE ont connu des trajectoires diamétralement opposées. Entre 2000 et 2015, la part de marché dans le commerce mondial des productions animales de nos principaux concurrents européens s’est accrue. L’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et la Pologne ont vu leur part de marché augmenter respectivement de 4%, 26%, 52% et 280%. Cette demande croissante pour les produits de nos partenaires européens s’observe également sur le marché domestique. En France, le ratio des importations de productions animales en provenance de l’UE sur la consommation de produits domestiques est ainsi passé de 12% en 2000 à 15,5% en 2015.

De nombreux débats ont lieu ces dernières années pour identifier les raisons de la perte de compétitivité des produits français en général. Plusieurs rapports ont ainsi mis en avant le rôle de la compétitivité-coût (principalement les écarts de coût du travail), comme facteur explicatif du décrochage de la France vis-à-vis de ses principaux concurrents. Néanmoins, si des différences internationales de coût du travail existent dans certaines filières, et se sont parfois amplifiées ces dernières années, ce facteur ne serait à lui seul expliquer les changements observés. De nombreux contre-exemples illustrent que des industries nationales sont compétitives en dépit de coûts salariaux élevés. Au Danemark, par exemple, où la rémunération de la main-d’œuvre est relativement élevée, le secteur de la viande a su rester compétitif.

Le projet COMPANI - Compétitivité des filières animales françaises » est l'un des quatre lauréats de l'appel à projets de recherche (APR) lancé fin 2016 par le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, sur le thème « mesurer, comprendre et renforcer la compétitivité des filières agricoles, agroalimentaires et forestières ». Piloté par Stéphane Turolla, il a mobilisé de juin 2017 à décembre 2018 des chercheurs, enseignants-chercheurs et stagiaires de l’INRA, d’AGROCAMPUS OUEST et de VetAgro Sup.

Participants :

  • UMR SMART-LERECO : Vincent Chatellier, Angela Cheptea, Yann Desjeux, Sabine Duvaleix-Tréguer, Carl Gaigné, Marilyne Huchet, Karine Latouche, Laure Latruffe, Stéphane Turolla
  • TSE-R : Zohra Bouamra-Mechemache
  • UMR Economie Publique : Hervé Dakpo
  • VetAgro Sup : Philippe Jeanneaux

Les travaux réalisés dans le cadre du projet COMPANI apportent un éclairage nouveau à ce débat. Ils permettent tout d’abord de clarifier la notion de « compétitivité » et proposent un certain nombres d’indicateurs permettant de mesurer les différentes dimensions que recouvrent ce terme. Ils offrent également une analyse détaillée des déterminants de la compétitivité des filières animales françaises et de leurs évolutions récentes. Précisément, ce projet s’est attaché à quantifier le rôle du coût du travail, de la productivité et de la perception de la qualité des produits dans la compétitivité internationale. Enfin, ces travaux montrent comment certains facteurs externes (ex : activité d’exportation, barrières non-tarifaires, localisation des productions) influencent significativement sur le degré de compétitivité des filières et de ses acteurs.

Synthèse du projet

Rapport complet

Tâche 1 : La dynamique des échanges de la France en productions animales

Responsable scientifique : VINCENT CHATELLIER

Tâche 2 : Analyse macroéconomique de la compétitivité des filières agro-alimentaires françaises par rapport aux concurrents étrangers

Responsable scientifique : ANGELA CHEPTEA

  • Ben Mahmoud, B (2018).
    "Analyse macroéconomique de la compétitivité des filières agroalimentaires françaises par rapport aux concurrents étrangers" mémoire Master POMAR, 11/09/2018, Agrocampus Ouest, Rennes.

Tâche 3 : Comparaison européenne de la compétitivité des industries agroalimentaires des filières animales

Responsable scientifique : STEPHANE TUROLLA

Tâche 4 : Dynamique de productivité, politique tarifaire et stratégie d’exportation des entreprises agroalimentaires

Responsable scientifique : STEPHANE TUROLLA

  • Gaigné C. et S. Turolla (2019).
    "Dynamique de la productivité et des marges dans les industries agroalimentaires françaises"
    mimeo

Tâche 5 : Productivité des exploitations agricoles françaises et facteurs environnementaux

Responsable scientifique : LAURE LATRUFFE

  • Dakpo K.H., Desjeux Y., Jeanneaux P. et L. Latruffe (2018a).
    "Productivity, technical efficiency and technological change in French agriculture during 2002-2015: a Färe-Primont index decomposition using group frontiers and meta-frontier"
    Applied Economics, à paraître. https://doi.org/10.1080/00036846.2018.1524982
  • Dakpo K.H., Desjeux Y., Jeanneaux P. et L. Latruffe (2018b).
    "Productivity changes in the French livestock sectors: levels, decomposition and determinants"
    mimeo.
  • Dakpo K.H., L. Latruffe, Desjeux Y. et Jeanneaux P. (2018d).
    "The cycle of “more”: consume more, pollute more and be more efficient under heterogeneous polluting-input based technologies - The case of dairy farms in France"
    mimeo.

Tâche 6 : Performance à l’exportation et le rôle des signes officiels de qualité

Responsable scientifique : KARINE LATOUCHE