En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal

LPGP

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Le génome d'un poisson « ancien » séquencé

Le génome d'un poisson « ancien » séquencé
Le séquençage du génome du Sterlet, petit esturgeon d’Europe, a permis de mettre en évidence un mécanisme original de l’évolution du génome. Ce séquençage permet également de franchir une étape importante dans la gestion des populations d’élevage. Ce travail est le fruit d’une collaboration internationale à laquelle ont participé le Laboratoire de Physiologie et de Génomique des Poissons (LPGP) et des équipes de Toulouse (SIGENAE et Plateforme Get-PlaGe).

Les esturgeons appartiennent à une famille de poissons extrêmement ancienne. Leur apparition est ainsi antérieure à celle des 30 000 espèces de poissons osseux (téléostéens) actuels, donc de plus de 96 % de toutes les espèces de poissons vivants et d'environ la moitié de toutes les espèces de vertébrés connues. Les chercheurs ont séquencé, assemblé et annoté le premier génome de référence de haute qualité pour une espèce d’esturgeon chez le sterlet (ou Esturgeon du Danube), Acipenser ruthenus. Ils ont ensuite pratiqué une analyse phylogénétique* de ce génome.

Une duplication du génome il y a 180 millions d'années !

Les résultats de ce travail montrent, entre autres, que les esturgeons ont bifurqué sur leur propre branche évolutive au cours du Dévonien supérieur ou du Carbonifère, il y a environ 345 millions d'années. Les analyses réalisées ont révélé que le génome du sterlet comprend 60 paires de chromosomes, environ 47 500 gènes codant pour des protéines et 1,8 milliard de paires de bases. Les chercheurs ont également montré que le sterlet a dupliqué son génome il y a environ 180 millions d'années, durant le jurassique. Ainsi l'espèce est passée d’un statut dit diploïde (2 ensembles de chromosomes), à un statut tétraploïde (4 ensembles de chromosomes). Cette tétraploïdie issue d’une duplication complète du génome n'est pas une surprise : de tels processus ont eu lieu à plusieurs reprises au cours de l’évolution des vertébrés ; ils ont eu un impact majeur sur l'évolution de leur génome. Les ancêtres de l’ensemble des vertébrés actuels ont ainsi tous déjà subi deux fois une "duplication complète de leur génome entier" au cours de leur histoire évolutive. Et certaines espèces sont passées par ce processus jusqu'à trois, quatre voire six fois chez certaines espèces d’esturgeons. Pour le sterlet, cela n’est intervenu qu’une fois et vraiment très tôt dans son histoire évolutive. Ce qui est encore plus surprenant est que malgré la très longue période qui s’est écoulée depuis, une large portion de son génome dupliqué est restée inchangée. En effet, chez beaucoup d’organismes tétraploïdes, la plupart des segments de gènes dupliqués évoluent rapidement après la duplication, en étant soit perdus, soit réduits au silence, ou bien acquièrent une nouvelle fonction avec le temps.

Un mécanisme dit de « rediploïdisation segmentaire »

Le statut génomique exact de l’esturgeon a longtemps été controversé. Alors que certains chercheurs le pensait polyploïde, donc dupliqué plusieurs fois, d'autres interprétaient l'esturgeon comme un "diploïde fonctionnel", c'est-à-dire une espèce qui a dupliqué son génome, passant par un stade transitoire de tétraploïde, mais qui a ensuite fait évoluer son génome par un phénomène que l’on appelle la rediploïdisation. Ce phénomène implique une évolution divergente de la séquence et de la structure des segments dupliqués, incluant des pertes de gènes ou des évolutions de leurs fonctions. En réalité, le sterlet n'est pas complétement revenu à l'état de diploïde fonctionnel. Il a au contraire conservé un degré étonnamment élevé de tétraploïdie structurelle et fonctionnelle qui peut être attribuée à la lenteur de l'évolution moléculaire de son génome. Mais curieusement, il semble que ce phénomène de rediploïdisation n’ait pas affecté le génome du sterlet de façon homogène : on note en effet des pertes apparemment aléatoires de chromosomes entiers dupliqués : un processus original et intriguant qui est appelé rediploïdisation segmentaire.

Les recherches en génétique pour mieux gérer les espèces

Le séquençage des génomes constitue une étape préalable importante pour de nombreuses applications pratiques, comme le suivi génétique des populations d’espèces protégées d'esturgeons sauvages ou encore un meilleurcontrôle de la reproduction ou de la production de caviar en élevage. Ce premier séquençage de haute qualité de l’esturgeon va donc permettre de mieux gérer ces espèces anciennes, improprement mais souvent considérées comme des "fossiles vivants".

*La phylogénie correspond à l'étude des liens existant entre espèces apparentées. Grâce à elle, il est possible de retracer les principales étapes de l'évolution des organismes depuis un ancêtre commun et ainsi de classifier plus précisément les relations de parentés entre les êtres vivant

Voir aussi

> Référence : Du, K., Stöck, M., Kneitz, S. et al. The sterlet sturgeon genome sequence and the mechanisms of segmental rediploidization. Nat Ecol Evol (2020). https://doi.org/10.1038/s41559-020-1166-x

> A propos des esturgeons et du sterlet
Les esturgeons sont originaires des rivières, des lacs et des côtes subtropicales, tempérées et subarctiques d'Eurasie et d'Amérique du Nord. Ils ont une longue durée de vie et se reproduisent tardivement, généralement pas avant l'âge de dix ans. Chez de nombreuses espèces d'esturgeons, les poissons adultes migrent à plusieurs reprises de la mer vers l'eau douce pour frayer. Ils sont depuis très longtemps recherchés pour leurs œufs, le caviar. En raison de la destruction de leurs habitats, de la fragmentation des rivières, de la pollution marine et de 2 000 ans de surpêche pour la collecte de leur caviar, la plupart des espèces d'esturgeons sont aujourd'hui au bord de l'extinction. En raison de l'interdiction du commerce du caviar sauvage, l'aquaculture de l'esturgeon est devenue une industrie importante qui peut contribuer à la protection des populations sauvages tout en sécurisant l'approvisionnement du marché. Acipenser ruthenus, appelé communément Sterlet, ou encore Esturgeon du Danube, est une espèce d'esturgeon eurasien commun. C'est l'un des plus petits esturgeons, strictement d'eau douce. Cette espèce est relativement commune en Europe centrale.