En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Agrocampus Ouest Univ R1 Logo Igepp

Institut de Génétique, Environnement et Protection des Plantes

Comprendre et quantifier les croisements consanguins chez les nématodes phytoparasites pour mieux gérer l’utilisation des résistances végétales

Larve J2 du nématode à kystes de la betterave Heterodera schachtii
© Fournet
Certains organismes ont de faibles capacités de déplacement et de dispersion, comme les nématodes phytoparasites dans les sols, ce qui limite les possibilités/probabilités de trouver un partenaire sexuel génétiquement éloigné. La conséquence est de nombreux accouplements entre individus génétiquement apparentés, ce qui limite la diversité génétique au sein des populations. Ces croisements consanguins peuvent avoir des conséquences notamment sur la capacité qu'ont ces organismes à contourner les mécanismes mis en jeu par les plantes pour leur résister.

En théorie, les faibles capacités de dispersion active des nématodes à kystes devraient aboutir à une fréquence élevée de croisements entre apparentés dans les populations (consanguinité) et/ou à l’apparition d’une sous-structuration à une échelle inférieure à celle de la population (effet Wahlund). Des études antérieures avaient permis de mettre en évidence un fort déficit en hétérozygotes au sein de populations naturelles des nématodes à kystes Globodera pallidaG. tabacum et Heterodera schachtii qui attaquent respectivement la pomme de terre, le tabac et la betterave.

L’objectif de ce projet était de déterminer si ce déficit était provoqué par :

  • la présence d’allèles nuls dans les jeux de données,
  • un fort niveau de consanguinité,
  • une structuration de la variabilité génétique à une échelle inférieure à celle de la rhizosphère.

Dix-neuf populations de G. pallida (dont 4 péruviennes), 13 de G. tabacum et 34 de H. schachtii ont été échantillonnées à l’échelle de la plante hôte et 30 individus par population ont été génotypés avec de nouveaux sets de marqueurs microsatellites. Ces données ont permis de montrer que les déficits en hétérozygotes ne sont pas dus à la présence d’allèles nuls et de dissocier consanguinité et effet Wahlund.

Nous avons ainsi montré qu’une dispersion limitée conduit à des déficits en hétérozygotes provoqués soit par des croisements entre individus apparentés (consanguinité), soit par de la sous-structuration à l’échelle de la plante hôte, en fonction du nombre de générations réalisées par l’espèce considérée.

Contrairement à G. pallida qui n’effectue qu’une génération par an (espèce monovoltine), G. tabacum et H. schachtii réalisent plusieurs générations par an (espèces polyvoltines).

Josselin_matrice

Matrices de vraisemblance pour (A) une population française de Globodera pallida, (B) une population péruvienne de G. pallida, (C) une population de Globodera tabacum et (D) une population d’Heterodera schachtii. Le point le plus foncé de la matrice indique le maximum de vraisemblance.

Nos résultats montrent que la consanguinité semble être favorisée chez l’espèce monovoltine (A) alors que la sous-structuration est majoritaire chez les espèces polyvoltines (C et D). Le cas particulier des populations péruviennes de G. pallida montre que les parcelles assez peu travaillées (situées dans une région vallonnée où l’agriculteur travaille le sol à la main uniquement) vont également permettre la mise en place d’une sous-structuration (B).

La sous-structuration observée chez les espèces polyvoltines pourrait ainsi masquer un fort taux de consanguinité lors de la première génération. Une hypothèse que nous comptons tester en couplant des approches théoriques (modélisation) et expérimentales.

La présence d’une fréquence élevée de croisements entre apparentés chez les nématodes phytoparasites a des conséquences en termes de contournement des résistances végétales. Les croisements consanguins mènent, en effet, tous les loci vers l’homozygotie, y compris ceux impliqués dans la virulence, qui est souvent récessive et donc favorisée à l’état homozygote.

Montarry J., Jan P.L., Gracianne C., Overall A.D.J., Bardou-Valette S., Olivier E., Fournet S., Grenier E. and Petit E.J. (2015) Heterozygote deficits in cyst plant-parasitic nematodes: possible causes and consequences. Molecular Ecology24: 1654-1667. DOI

Projet SPE 2012-2013 ‘Les faibles capacités actives de dispersion des nématodes entrainent-elles une sous-structuration des populations ?’ coordonné par Josselin Montarry (UMR IGEPP) et Eric Petit (UMR ESE).

Cet article constitue un chapitre de la thèse de Cécile Gracianne, intitulée ‘De la génétique des populations à la gestion durable des résistances : intérêt de l’étude des populations sauvages des pathogènes des cultures. Cas de deux nématodes à kystes et de leur hôte sauvage commun.’ et soutenue le 10 avril 2015.