En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Agrocampus Ouest Univ R1 Logo Igepp

Institut de Génétique, Environnement et Protection des Plantes

Systèmes de culture

Concevoir et évaluer de nouveaux systèmes de culture agroécologiques, multi-performants, durables, à forte rupture d’utilisation des pesticides

Coordinateur : Nathalie Moutier

Programme mené en collaboration entre les équipes MVI, EGI, RD, MIR, RCA et PMB de l’IGEPP ; les UEs La Motte (Le Rheu) et RGCO (Ploudaniel) ; l’UMR SAS 

Contexte

Depuis 60 ans, on assiste à une simplification des systèmes de cultures : les principales cultures s’enchaînent selon des rotations de plus en plus courtes sur des parcelles de plus en plus grandes. Les risques associés sont une faible robustesse économique en cas de problème sur ces cultures, le développement des bioagresseurs aériens et telluriques, et une spécialisation de la flore adventice. Beaucoup de ces bioagresseurs sont gérés par le recours à des produits phytosanitaires de synthèse. Cette utilisation intensive des intrants chimiques a un impact très négatif sur la santé humaine et l’environnement et peut aboutir à des impasses techniques quand des résistances apparaissent ou des molécules sont retirées du marché.

Aujourd’hui, la demande de la société et des acteurs des filières tend vers une production locale, durable et saine. Les orientations européennes (Green Deal, stratégie Farm to Fork) et nationales (Plan Ecophyto II+, Loi Egalim et Plan Ambition Bio) visent le développement de pratiques agroécologiques avec une réduction de 50% des pesticides d’ici 2025 et le développement de l’agriculture biologique (15% de la SAU française en 2022, 25% de la SAU européenne en 2030), la diversification des cultures et des systèmes ainsi qu’une meilleure autonomie protéique.

Il est donc indispensable de :

  • mener une réflexion sur les systèmes de culture futurs et de définir les nouveaux besoins en matière de cultures en rotation, de gestion des inter-cultures, de variétés et d’itinéraires techniques adaptés à ces nouveaux systèmes
  • développer et combiner les leviers agroécologiques permettant de gérer, chacun partiellement, la protection des cultures
  • concevoir, construire puis évaluer ces systèmes de cultures innovants, capables de répondre à des enjeux environnementaux, sociaux et économiques, dans des dispositifs multi-sites.

Objectifs

Les expérimentations systémiques menées dans l’UMR IGEPP depuis 2018 sont basées sur des systèmes de polyculture (grandes cultures et légumes) du Grand Ouest de la France en agriculture biologique (AB) et en agriculture conventionnelle (AC), support d’épandage et producteurs de matières premières pour l’élevage (paille, maïs, associations céréales-légumineuses). Nous avons mis en place trois systèmes de culture à fortes contraintes de réduction de pesticides (entre 75% et 100% de réduction de l’IFT) et d’engrais azotés d’origine minérale (entre 75% et 100% de réduction) par rapport aux situations de référence choisies. Les deux systèmes en AC, sur le site du Rheu, se différencient par le niveau de recours au travail du sol (labour vs travail du sol alternatif). Le troisième système est conduit en AB à Ploudaniel.

Dans ces essais « BioDiverSystem », nous émettons l’hypothèse qu’il est possible d’optimiser les services rendus par la biodiversité sauvage et cultivée pour :

  • perturber le comportement des bioagresseurs et pour améliorer l'efficacité de leur contrôle afin de fortement diminuer, voire de supprimer, le recours aux pesticides
  • réduire l’usage des engrais par la maximisation des processus de fixation de l’azote atmosphérique et d’exploration des ressources du sol.

Pour cela nous jouons tant sur la biodiversité temporelle (succession culturale des cultures de vente et de couverts d’interculture) que sur la biodiversité spatiale (bouquets variétaux, associations culturales, mosaïque de cultures et d’infrastructures agroécologiques) à l’échelle de la parcelle cultivée et à l’échelle supra parcellaire.

Les trois systèmes combinent un ensemble de leviers (contrôle génétique, biologique, cultural) à effets partiels, issus de travaux de recherche récents (variétés multi-résistantes aux maladies et aux insectes, maintenant un rendement correct en conditions d’azote réduit ou 0 N, compétitives ou tolérantes vis-à-vis des adventices, adaptées à l’AB ; produits de biocontrôle, SDP ; associations céréales-légumineuses, plantes de service, stratégies de push-pull, …) afin de tester la cohérence globale et les performances de ces systèmes potentiellement innovants à forts niveaux de rupture.

Les objectifs sont :

  • agro-environnementaux : augmenter la biodiversité sauvage et cultivée pour favoriser la régulation naturelle des bioagresseurs ; favoriser la combinaison de méthodes et de leviers permettant de maintenir les maladies, ravageurs et adventices à des niveaux économiquement acceptables ; ne pas impacter négativement l’environnement (eau, sol, air)
  • économiques : améliorer la robustesse économique du système en augmentant la diversité des cultures et des débouchés ; garantir un revenu satisfaisant au producteur via le maintien de la marge brute à l’échelle du système, en acceptant des baisses de rendement grâce à l’introduction dans la succession de cultures à plus forte valeur ajoutée (pomme de terre et légumes)
  • sociaux : réduire l’exposition des agriculteurs aux produits phytosanitaires et améliorer l’acceptabilité sociale des systèmes de cultures étudiés grâce à une forte réduction de l’usage des pesticides et des intrants chimiques, tout en s’assurant que le temps de travail lié à cette nouvelle gestion des systèmes demeure acceptable pour l’agriculteur
  • techniques : mettre à l’épreuve, affiner et valider des règles de décision et des protocoles d’observation pour l’aide au pilotage ou l’évaluation des systèmes
  • scientifiques (collaborations inter-équipes, inter-sites et inter-unités) : quantifier le niveau de contrôle biologique possible pour différents bioagresseurs ; mettre en évidence d’éventuelles corrélations positives ou négatives entre les patrons d’occurrence et d’abondance des bioagresseurs (approche multi-bioagresseurs - exemples : adventices/nématodes, bioagresseurs aériens/ telluriques, multi-pathogènes) ; évaluer l’effet de certains leviers agronomiques (par exemple travail du sol) sur les composantes du rendement, les réseaux trophiques d’arthropodes, la biodiversité, … ; comprendre la dynamique de l’azote dans le système, quantifier les flux, permettre une estimation des émissions d’azote vers l’environnement ; mettre à l’épreuve, en grandes parcelles cultivées, des leviers testés habituellement en microparcelles ; voir s’il existe des synergies/antagonismes entre ces leviers testés habituellement séparément.

 Les caractères novateurs sont de :

  • proposer des niveaux de rupture élevés grâce à l’utilisation de résultats de recherche récents sur des modes de gestion des bioagresseurs et sur les niveaux de tolérance variétale aux maladies
  • s’appuyer prioritairement sur la mobilisation de la biodiversité dans et autour des parcelles, tant au niveau aérien qu’au niveau des sols
  • mobiliser des compétences scientifiques fortes sur la caractérisation du système biophysique (écologie des interactions sol-plantes-bioagresseurs-auxiliaires) et la compréhension des mécanismes de régulation
  • diversifier les successions culturales classiques des bassins de production concernés avec des cultures peu implantées aujourd’hui mais adaptées à ces bassins et dont le débouché régional est garanti car ces cultures sont présentes dans d’autres bassins de la région.

Ces travaux bénéficient du soutien du métaprogramme INRAE METABIO, consortium PlAnHealth « Combinaison de leviers pour une gestion intégrée des santés des sols, des végétaux et des animaux dans des systèmes de production en AB » (2021-2022, co-piloté par IGEPP-MVI et URZ Guadeloupe)

systeme de culture 1
systeme de culture 2