En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Logo provisoire de l'institut Agro / Agrocampus Ouest Logo ESA

UMR BAGAP

Des parcelles plus petites et plus diversifiées favorisent la diversité des plantes jusqu'au centre des champs

Augmenter la longueur de bords de champs
© Air Papillon
Des scientifiques d’INRAE (dont Audrey ALIGNIER, Colette BERTRAND et Jacques BAUDRY de l'UMR BAGAP) et du CNRS , en collaboration avec des équipes allemandes, espagnoles, anglaises et canadiennes, ont examiné l’effet de la diversité des cultures et de la longueur de bords de champs (inversement proportionnelle à la taille des parcelles) sur la diversité de plantes dans les champs. Leur étude, publiée en mars 2020 dans Journal of Applied Ecology, basée sur 1 451 parcelles agricoles, montre qu’augmenter la longueur de bords de champs constitue un complément prometteur aux mesures agri-environnementales pour conserver et restaurer la diversité des plantes, y compris au centre des parcelles.

Les parcelles cultivées hébergent aujourd’hui moins d’espèces de plantes spontanées qu’il y a 30 ans et à une densité moyenne bien plus faible. Souvent perçues comme un problème par les agriculteurs, les plantes spontanées dans les champs (aussi appelées « adventices ») constituent un maillon essentiel de la biodiversité, en fournissant des ressources alimentaires et des abris à une grande variété d’animaux tels que les insectes auxiliaires de culture, les pollinisateurs ou encore les oiseaux.

Une façon d’enrayer le déclin de ces plantes est d’accroître la proportion d’éléments semi-naturels dans le paysage (haies, bandes enherbées par exemple). Mais cela nécessite de diminuer les surfaces dédiées à la production agricole, ce qui n’est pas toujours facile ou acceptable pour les agriculteurs. Une équipe scientifique s’est donc intéressée à d’autres leviers d’action, et plus particulièrement au rôle de l’hétérogénéité de la mosaïque des cultures liée à la diversité des cultures et/ou la longueur de bords de champs.

Dans le cadre d’un projet européen** impliquant 30 laboratoires d’Europe et du Canada, les chercheuses et chercheurs ont comparé les diversités de plantes spontanées au sein de 1 451 parcelles cultivées, situées dans 432 paysages agricoles de 1 km² dont la longueur totale de bords de champs, la diversité des cultures et la proportion de milieux semi-naturels variaient de façon indépendante. Au total, 899 espèces de plantes ont été identifiées.

Les scientifiques ont montré qu’augmenter la longueur de bords de champs dans les paysages agricoles favorise la diversité de plantes spontanées dans les parcelles y compris en l’absence d’éléments semi-naturels entre les parcelles. Cet effet positif est d’autant plus marqué au centre de la parcelle, où la diversité des plantes spontanées est d’ordinaire plus faible, qu’au bord de la parcelle cultivée. Ils ont également montré que la longueur de bords de champs et la diversité des cultures jouent des rôles différents et complémentaires. Par exemple, augmenter la première accroit la diversité des plantes dans les prairies tandis qu’augmenter la diversité des cultures accroit la diversité des plantes dans les parcelles de céréales.

Des mesures visant à modifier la forme des parcelles pour augmenter la longueur des bords des champs dans les paysages agricoles, et augmenter la diversité des cultures permettrait de maintenir une diversité de plantes élevée jusqu’au centre des parcelles, et ainsi de nombreux services écosystémiques associés. Par ailleurs, il a été montré que la production agricole ne diminue pas de manière significative dans les paysages où les parcelles sont de plus petite taille. Ces mesures représentent donc un levier d’action considérable (et largement sous-exploité) pour conjuguer conservation de la biodiversité et maintien de la production agricole.

Voir aussi

Les communiqués de presse INRAE et CNRS

Le projet Farmland